Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26943
vit (vivre)
definicion
3 p.s. - endicatif present - vèrbo vivre.
  • endicatif present 3.p.sing. [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • vit 3.p.s. ind.prés. (vivre) [valor : 10]
    ---
  • vive[valor : 10]
    ---

Variantes

  • vit (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : vi
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains – 1914. Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Lo couchèt lo vengt-et-un d'Avril, Ou que est môrt ou que vit, Ou que les dames de Paris l'ant trayi. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo cutchet lo vingt et un d'Avri, Ou que est mort ou que vi, Ou que le dame de Paris l'an trahi.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.95 a la pâge 32 du lévro)
    nota : Le coucou le vingt-et-un d'Avril, Ou qu'il est mort ou que vit, Ou que les dames de Paris l'ont trahi.
    ---
  • Œn vit pas tojorn ren que de pan. [valor : 10]
    ècritura d'origina : In vi pa todzor renque de pan.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.576 a la pâge 231 du lévro).
    nota : L'on ne vit pas toujours de pain seulement.
    ---
  • L'avâro bete de coutiér... et viquêt come un pouro. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'avare bette de coutë... et vequèit comme un pouro.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : L'avare épargne, accumule, entasse ... et vit comme un pauvre, chichement.
    ---
  • Tuéts les matins, come d'usâjo, Je prègno ma bouege et mon fouèt; J'assemblo de tot lo velâjo Les fèyes, u son de mon cornèt. Desot lo têt cuvèrt de palye, Lo bèrgiér vit sensa torment; De lacél, la chiévra nen balye; Lo champ lo nurrét de froment. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tseut le matin, come d'usadzo, Dze prègno ma boudze et mon fouet; Dz'assemblo de tot lo velladzo Le feye i son de mon cornet. Désot lo tet queuver de paille, Lo berdzé vit sensa tormen; De lacë, la tseuvra n'en baille; Lo tsan lo neureit de fromen.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Lo berdzé et lo ramoneur - 1857
    nota : Tous les matins, comme d'habitude, Je prends mon sac et mon fouet; J'assemble de tout le village Les brebis, au son de mon cornet. Sous le toit couvert de paille, Le berger vit sans tourments; Du lait, la chèvre en donne; Le champ le nourrit de froment.
    ---
  • Ragouèl, a cél mot, sent un freçon, trevole, Et son ètonement arrète ses paroles. Il crend que son cusin, hèlâs! fusse pués môrt, Come les ôtres sèpt, bèle lo premiér jorn. L'Ange les tranquilise: "Et pœr voutro avantâjo Balyédes-lyé, dit-il, voutra felye en mariâjo A cél garçon que vit dens la crente de Diœ, Et vos vèrrédes, dês houé, rèssuyér voutros uelys." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ragüel, a ci mot, sent un frisson, trevolle; Et son étonnemen arrëte sa parolle. I crent que son queuseun, hèla! fuche poue mor, Come le s-âtre sat, belle lo premië dzor. L'Andze lo tranuqlise: "Et pe voutro aventadzo Baillàde-lei, deut-ë, voutra feille in mariadzo A ci garçon que vit din la crente de Dze, Et vo verro, dei vouë, ressuyé voutre jeu".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Raguël, à ce mot, sent un frisson, il tremble, Et l'étonnement arrête ses paroles. Il craint que son cousin, hélas! ne meure Comme les autres sept (maris), le premier jour même. L'Ange le tranquillise: "Pour votre mariage, À ce garçon qui vit dans la crainte de Dieu; Et vous verrez, dès aujourd'hui, sécher les pleurs de vos yeux".
    ---
  • Adonc lo bon crêssient, recevent cél mèssâjo, At tot subitament dèpllètâ son vesâjo. Sa fèna, qu'avouéc llui, fesêt un mémo cœr, Benéssent lo Bon Diœ, partage son bonhœr, Ragouèl devant llui fét venir sa famelye: "Houé chavone, dit-il, lo long brun de ma felye; Alâdes, devant jorn, vito combllar lo crox; Grâce a Diœ 'l est pas môrt; il vit encor; tant mielx! Ora je vâ content tuàr doves moges grâsses, A quatro moutons grâs, nan, je lœr fâ pas grâce. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Adon lo bon creichan, receyen ci messadzo, L'at tot sebeutamen deplettà son vesadzo. Sa fenna, qu'avouë lliu, fejet un mëmo coeur, Benissen lo Bondzeu, partadze son bonneur. Ragüel devant lliu feit veni sa fameille; "Vouë tsavonne, deut-ë, lo lon brin de ma fameille; Allàde, devan dzor, vito comblé lo croù; Grâce a Dzeu l'est pa mor; i vit incò; tan mioù! Arra dze vo conten tsoué dove modze grasse. A quatro maouton grà, na, dze lyés fo pa grâce.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Alors le bon vieillard, recevant ce message, Eut subitement son visage déridé. Sa femme, qui avec lui ne faisait qu'un coeur, Bénissant le bon Dieu, partage son bonheur. Raguël, devant lui, fait venir sa famille: "Aujourd'hui, dit-il, finit le long deuil de ma fille! Allez vite, avant le jour, combler la fosse; Grâce à Dieu, il n'est pas mort; il vit encore; tant mieux" Maintenant je vais volontiers tuer deux génisses grasses: À quatre moutons gras, non, je ne fais pas grâce.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche